Les places, à moitié vides

06/09/2020
Bien que la situation s'est progressivement améliorée depuis le début de la pandémie, seuls 25% des places pour les bertsolaris qui se développaient auparavant sont réalisées.

En mars, les places, qui étaient en plein essor, sont devenues un désert. Depuis lors, la situation et les normes ont changées et à chaque époque la place a adopté un aspect ou un autre; ni pour un instant l'aspect qu'ils avaient avant.

La COVID-19 a suspendu toutes les places de bertso le 13 mars et jusqu'en mai toutes les représentations sont restées en rien. Après cette pause, certains bertsolaris ont commencé à offrir des spectacles à domicile, en ligne et gratuitement.

Lorsque l'état d'urgence a été levé, l’autorisation d'aller travailler été donnée, mais pas celle d'organiser des actes culturels. Ainsi, Bertsozale Elkartea et Lanku Kultur Zerbitzuak, en collaboration, ont commencé à enregistrer des sessions de bertsos au siège d'Amasa-Villabona, offrant aux organisateurs la possibilité de l'émission en ligne. Les performances ont été très bien accueillies.

Fin mai, nous avons passé à la deuxième phase. On pouvait organiser des actes culturels, mais avec une capacité réduite. Les organisateurs ont eu beaucoup de mal pour commencer à organiser quelque chose. Étant donné la situation, le 5 juin nous avons organisé une performance de bertsolaris à Amasa-Villabona, avec toutes les mesures de sécurité garanties. L'objectif était, entre autres, de démontrer que les spectacles culturels sont des événements sûrs du point de vue sanitaire.

Nous sommes passés à la troisième phase le 8 juin et, là, les aides et les options se sont ouvertes plus. Après avoir vu l'action organisée par Bertsozale Elkartea, les organisateurs ont commencé à s'animer et dans certaines localités des représentations ont été organisées à partir de mi-juin. Cependant, comme il n'y a pas eu de fêtes, les sessions qui ont eu lieu ont été organisées dans la programmation culturelle. Le format qui a été imposé a été celui du festival et un autre type de format a disparu, comme les déjeuners et dîners de bertsolaris. Les formats libres qui sont généralement organisés dans les programmes de fêtes ont également disparu presque entièrement.

Un avenir incertain

En général, il y a beaucoup d'incertitude par rapport à la place. Oier Iurramendi, responsable de la promotion de Bertsozale Elkartea et Marta Agirrezabala, coordinatrice de Lanku Kultur Zerbitzuak, assurent que nous sommes "loin" de ce qui précède. "Beaucoup de représentations sont organisées qui sont ensuite suspendues et il semble que l'automne arrive sur la même voie", affirment. "Aujourd'hui, seulement 25% des places organisées précédemment se développent. Nous avons un avenir incertain et nous sommes préoccupés".

De toute façon, Iurramendi et Agirrezabala ont voulu souligner que les actions organisées ont eu "un très bon accueil". "Tant de la part des bertsolaris et des passionnés du bertsolarisme, que de la part des organisateurs qui se sont encouragés à les organiser".

Bien qu'il ait été démontré que les actes culturels sont sûrs, ils ont également ajouté que l'incertitude et la peur ont causé beaucoup de dégâts. "Les attentes ne sont pas bonnes et nous sommes très inquiets. Tout cela peut laisser le monde du bertsolarisme dans une situation très grave s'il n'y a pas d'aides ou de garanties pour réaliser les actes", affirment Iurramendi et Agirrezabala. "L'effort de tous sera nécessaire".